• patricia deroubaix

Hommage à Elisabetta


( "In tribute to Elisabetta" : click here for English translation)

Connaissez-vous Elisabetta Sforza et son joli blog, Elisabetta ricami ? Il est indispensable de le découvrir.

Tant de finesse, tant de poésie, de talent...

Un coup de foudre, une source d'inspiration, et le plaisir infini de lire, jour après jour, son italien délicat, cultivé et plein d'humour, aussi raffiné et ciselé que ses roses et ses lavandes... Son blog est un jardin, un cloître secret , un émerveillement. Un antidote radical à la morosité et une généreuse fontaine d'inspiration.

Sous le charme, j'ai passé des heures à contempler , étudier, admirer ses délicates broderies. Je me suis procuré les livres qu'elle cite dans ses sources, et je me suis passionnée pour ses initiales richement fleuries et qu'elle est la seule à savoir rendre si équilibrées et poétiques.

J'ai suivi tous ses conseils, et lorsqu'elle a publié, dans la revue "Inspiration", un ouvrage, je me suis procuré la version numérisée du magazine et plongée avec délices dans la broderie de deux initiales fleuries de roses, marguerites et autres merveilles.

J'ai choisi de broder un beau lin blanc (zweigart Kingston 22 fils blanc 100), puis les initiales terminées (M et H, pour Marie-Hélène), d'en faire une délicate pochette , doublée et décorée de broderie anglaise, et l'offrir à une femme magnifique , capable d'en apprécier la délicatesse et la sophistication...

Sur le tissu (lavé et repassé avant de commencer pour ne pas risquer de rétrécissement), avec un feutre pour broderie qui écrit bleu (turquoise!) et qui s'efface à l'eau, seul le contour de l'initiale est dessiné. (à titre indicatif, car les fleurs jouent librement sur le tracé). Je le décalque simplement sur ma table lumineuse.

Sur une feuille de papier, au crayon pour pouvoir modifier le dessin, le placement des fleurs servira de repère (et d'échelle) et permet de 'tester' la disposition des fleurs et les directions à suivre.

Pour certains points, il est utile de disposer d'un tambour, et même un grand (25 cm ) quand la broderie de la seconde initiale commence (pour ne pas abîmer la première...).

C'est un joli objet, et il est nécessaire de prendre le temps de le "préparer" c'est à dire de l'entourer d'un ruban de coton (cercle intérieur) qui protège la toile et maintient mieux la tension.

Pour ne pas trop "marquer " la toile, il faut aussi la décrocher souvent, quand on ne brode pas, en somme !

Il faut se procurer des aiguilles "crewel" et des aiguilles "straw" qui sont véritablement utiles pour faciliter le point de poste (en anglais bullion stitch, en italien "punto vapore", tellement plus poétique!)) ( roses, lavandes, points de noeud) . La spécificité de cette aiguille c'est que le chas est de même dimension que le corps de l'aiguille (pas de renflement) ce qui facilite le passage des fils par le trou de l'aiguille, sans déformer les boucles. (A l'origine, c'est une aiguille de chapelier).

Vous en trouverez sur Amazon (mots-clés: milliner straw needle). Les différentes tailles conditionnent la grosseur du "rouleau", il est donc utile d'en avoir plusieurs.

Les fils utilisés sont les fils DMC (6 brins séparables) , deux pour broder, avec des aiguillées assez courtes pour ne pas ternir et feutrer le fil par trop de frottements.

Marguerites et lavandes, roses trémières et myosotis...

Roses et cyclamens....

L"envers de la broderie n'est pas des plus esthétiques, donc j'ai décidé de doubler la pochette avec un coton rayé rose pâle, qui ne "lutte" pas avec la richesse de la broderie des fleurs.

Il faut à nouveau laver la broderie (pour éliminer toute trace de feutre bleu!) et aussi la doublure -pour stabiliser le rétrécissement éventuel, vous ne voulez pas qu'il rétrécisse plus tard, n'est-ce pas? Le

repassage est également important (respecter le droit fil, amidonner pour la bonne tenue, et repasser la broderie sur l'envers sur un molleton ou une serviette éponge).

Ces étapes supplémentaires sont nécessaires et peuvent paraître fastidieuses, mais l'effet est garanti ! Et toutes ces heures passées à broder avec amour ne seront pas gâchées par une impatience fâcheuse...

La doublure est posée "endroit contre endroit", piquée à la machine sur trois cotés , puis les deux tissus sont repassés et retournés. Les côtés sont ensuite simplement assemblés à la main par un point caché, (sans oublier le coté laissé ouvert pour retourner la pochette).

Une délicate broderie anglaise est ensuite cousue autour du rabat, à la main aussi, pour des coutures invisibles.

(Noblesse oblige...!)

Grazie, Elisabetta per il tuo incantevole blog e le tue meravigliose creazioni che mi fanno tanto sognare. Con molto affetto, Patricia.

#broderie #couture

0 vue
  • Instagram Social Icon

suivez-moi sur Instagram!

© 2023 par Garde-robe. Créé avec Wix.com

porte_aiguille_brodé